Forum consacré aux Aquariums biotopes Amazoniens et Amérique du Sud
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  ♂♂Horde Heroini Cichlasomatine. ♀♀ n°10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eidge 54

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 63
Localisation : MONTROUGE ILE DE FRANCE

MessageSujet: ♂♂Horde Heroini Cichlasomatine. ♀♀ n°10   Sam 28 Sep - 6:57

Bonjour à vous,
L’eau est un sujet important en aquariophilie pour ne pas être abordé sous un autre angle.
Les mesures, les paramètres. L’eau est un des éléments les plus abondants de la nature.la multitude d’éléments en solution dans l’eau ainsi que leurs interactions en présence de certaines conditions physico-chimiques exige un développement du sujet Ne vous noyez pas pour autant dans cet article. Bonne découverte !!!.



♂♂Horde Heroini Cichlasomatine. ♀♀
PRESENTATION 10.
Initiation à l’eau.
Téléostéens se la situent les Discus.
Pour ceux qui veulent une eau 100% Discus.
Des souches sauvages aux variétés hybrides.
Des origines des Symphysodons aux standards du Discus.
Pour ceux qui veulent une eau amazonienne 100% Discus !!!
Connaitre la maitrise, un élément primordial en aquariophilie.
Cette dissimilitude est sans équivalence dans le reste du monde.

Apprendre les paramètres de l’eau est primordial pour le bien-être de nos Discus !

La maintenance en aquariophilie et plus particulièrement chez les Symphysodons Discus.

L'aquariophilie est un loisir ensorcelant et fécond. Il y a cependant des prudences à prendre.

Les ¾ des solutions trouvent des aboutissements uniquement par le fait de changement d’eau.

Substance naturelle liquide, incolore, transparent, inodore et insipide à l'état pur, réfractant la lumière et susceptible de dissoudre un grand nombre de corps, un des quatre éléments de la physique ancienne, formé par combinaison d'hydrogène et d'oxygène, de formule chimique H2O et qui constitue un milieu indispensable à la vie. Vous avez deviné, mais c’est de l’eau que je vous traduis cette définition.

Cet élément présent dans la nature, étendue ou masse plus ou moins considérable de ce liquide.

Avant de placer des poissons, des Discus, dans un aquarium, il est indispensable de connaître les propriétés chimiques de son eau. Il existe différents types d’eau qui est plus ou moins calcaires, acides, chargées en sels minéraux, potable ou non.

Pour information, une eau potable doit être à la fois : oxygénée, limpide, inodore, incolore, sans saveur, dépourvue de microbes pathogènes, exempte de toutes matières organiques, dépourvue de matières toxiques. Elle pourra cependant contenir une faible proportion de sels minéraux.

Sur notre planète, l’eau est un élément essentiel et indispensable à toute vie. L’eau des mers contient environ 35grammes de sel par litre d'eau pure, cette salinité varie légèrement selon les océans mais les eaux sont assez homogènes dans leur composition. Par contre quand on parle d’eau douce, les eaux continentales peuvent avoir des compositions assez variées.
Sachons en tant qu’aquariophile, l’eau contenue dans votre discus et la majorité des poissons sont présentes à 80% dans le poids de son corps. Au sein de son organisme, les différentes parties, n’ont pas la même teneur en eau. Par exemple les os et les tissus adipeux recèlent entre 22 et 34% d’eau, ce pourcentage monte à 70/80% pour les viscères et le summum est atteint dans les tissus nerveux à hauteur de 82/90%. Nous savons maintenant que la vie animale et végétale s’effectue en cycle ouvert, ce qui nécessite un échange incessant de matières nutritives entre le protoplasme de la cellule et le milieu ambiant, qui pour nos discus se résume à l’eau et aux nourritures solides. Mais revenons à notre eau, et voyons l’eau de pluie.

La pluie est composée d’eau presque pure, mais comme elle traverse des sols de compositions très différentes, suivant l’endroit où l’on se trouve, suivant les saisons, la qualité des eaux varie à cause des pluies, de la sécheresse, des traitements chimiques employés en agriculture, des polluants rejetés par les cheminées d’usines…Elle se charge en minéraux, en ruisselant sur des roches, elle s’acidifie et se minéralise plus ou moins selon la qualité du sol.

L’eau de pluie est presque pure, mais en tombant du ciel elle peut s’acidifier au contact du CO2 atmosphériques. En ruisselant, elle peut traverser des terres acides, comme la terre de Bruyère, ou les feuilles mortes des forêts et elle va s’acidifier en se chargeant de tanins et d’acides humides. Au contraire dans les régions calcaires, l’eau va lessiver les roches et sera plus dure.
La qualité d’une eau étant très variable il est primordial de connaitre sa nature, de contrôler régulièrement les paramètres, et de mesurer les paramètres de l’eau que l’on prépare à l’avance (changements d’eau réguliers avec eau osmosée, sels minéraux..).
Pour une mesure sûre et précise des paramètres de l’eau on utilise différents tests. De nombreuses marques commercialisent ces tests plus ou moins précis.

Bases utiles et matérielles nécessaire :

Il existe plusieurs types de tests :

1) tests à bandelettes : ils se présentent sous la forme de petites bandelettes recouvertes de réactifs qui prennent différentes couleurs en fonction des paramètres de l’eau mesurés. Ce système est peu précis et ne donne qu’une indication et une valeur approximative. Il permet de savoir rapidement mais de façon approximative si une eau est "correcte" ou pas.

2) les tests en gouttes : ils se présentent sous la forme d’une éprouvette et de réactifs chimiques liquides que l’on ajoute à l’eau pour tester les différents paramètres. L’eau prendra alors une couleur qu’il faudra comparer à un nuancier. Dans certains cas, il faudra compter le nombre de gouttes ajoutées pour connaitre le résultat de la mesure. Ces tests sont assez fiables et précis.

3) les tests électroniques : utilisation d’appareils de mesure qu’il faudra régulièrement étalonner. Leur cout d’achat est plus élevé mais ils sont très fiables et très précis. Dans certains cas, ils sont indispensables par exemple pour la mesure de la conductivité d’une eau (notion très importante pour l’élevage des Discus).

Pour les Discus, il y a sept principaux paramètres de l’eau à contrôler régulièrement (température, PH, GH, KH, conductivité, nitrites et nitrates) ; les autres paramètres doivent être mesurés moins fréquemment (une fois par mois). Lorsqu’un aquarium "tourne" correctement depuis un moment et que les poissons ne montrent aucun signe anormal, on peut se contenter de quelques mesures seulement. Certains aquariophiles ne mesurent pas grand-chose, mais à moins d’être un spécialiste, cette méthode est déconseillée car risquée.

Savoir maîtriser le cycle de l’azote :

Dans un aquarium, les composés azotés (azote) sont présents du fait des excréments de poissons, des excès de nourriture, des résidus végétaux... (Déchets organiques).
Ces déchets organiques se transforment en composés ammoniacaux (NH) qui sont très toxiques, puis ensuite en nitrites (NO2) et en nitrates (NO3) qui sont également toxiques pour les poissons.

Ce sont les bactéries épuratrices ou bactéries vivantes, appelées également bactéries de nitrification et de filtration (nitrosomonas, nitrobacter), qui détoxifié les déchets azotés en nitrites, puis en nitrates, et perpétuent ainsi le cycle de l’azote.

Une partie des plantes aquatiques absorbent les nitrates. Les changements d’eaux régulières permettent aussi d’éliminer une grande partie de ces toxiques.
Le cycle de l’azote est un cycle continuel et il suffit de peu de chose (utilisation de produits, surdosages, mauvais entretien..) pour perturber le cycle et provoquer une "déséquilibre" de l’aquarium.

Les paramètres de l’eau à tester régulièrement :

Les Discus d’élevage sont acclimatés et donc habitués à une maintenance dans une eau aux caractéristiques assez différentes de leur milieu d’origine. Pour les Discus sauvages, il faudra se rapprocher le plus possible des valeurs constatées sur les lieux de pêche ou d’origine.

On contrôlera température (t) tous les jours. Pour les Discus, la température de l’eau est optimum entre : 28°-30°C. On pourra être amené ponctuellement à augmenter la température dans des cas très précis (voir dossier sur le traitement thermique des Discus). La température est un paramètre important pour la santé de nos poissons car ceux-ci ont une température interne qui n’est pas stable et qui varie en fonction de l’eau. La température de l’eau influe sur la longévité des poissons, la concentration en oxygène dans l’eau et donc sur l’écosystème de l’aquarium.
Un poisson ne peut subir qu’un écart de température de 1-5 degrés maximum, sur une période de 24 heures (attention au chauffe-eau défectueux, au cours du transport après un achat, ou en cas de traitement thermique d’un Discus).

1 –LE PH :

PH : Mesure exprimant le degré d’acidité ou d’alcalinité de l’eau.
PH : Échelle permettant d'exprimer l'acidité ou l'alcalinité d'un composé chimique liquide. Cette échelle va de 1 (acidité maximale) à 14 (alcalinité maximale). L'eau pure possède un PH de 7.
PH : Abréviation chimique du potentiel hydrogène. Le pH indique l’acidité de l’eau. Inférieur à 7,0=acidité, supérieur à 7,0= alcalinité, la neutralité est atteinte à 7,0 de ph.
PH : La valeur du pH indique le degré d'acidité ou d'alcalinité d'une eau. Le point neutre correspond à l'équilibre base-acide. Une valeur de 7 indique le point neutre, une valeur supérieure à 7 indique une eau alcaline, une valeur inférieure à 7 indique une eau acide.
PH : Abréviation chimique du potentiel hydrogène. C'est un indice qui définit l'acidité ou l'alcalinité d'une eau : on parle alors d'une eau acide (pH inférieur à 7), neutre (pH égal à 7) ou alcaline (pH supérieur à 7). L'échelle théorique du pH va de 0 (acide) à 14 (basique). Il faut savoir également que l'échelle du pH est logarithmique ce qui fait qu'un pH de 5.5 est 10 fois plus acide qu'une eau de pH 6.5. En aquariophilie, la plage de pH utilisé va de 5.5 à 8.5. Il est très important de surveiller régulièrement la valeur du pH car une faible modification est assez stressante pour les poissons.
Il correspond au degré d’acidité de l’eau. La valeur idéale pour la maintenance des Discus issus d’élevages sera comprise entre 6,2 et 6,9. Pour les Discus sauvages, ils peuvent supporter des PH plus bas, mais il ne faudra pas descendre en dessous de 5,5.
Cette acidité ou alcalinité se détermine grâce à une échelle universelle graduée de 0 à 14. En dessous de 7 le PH est acide, au-dessus de 7 il est basique ou alcalin, égal à 7 le PH est neutre. C’est à dire qu’avec un PH de 7 les acides et alcalins sont en équilibre (neutre).
En théorie, la vie aquatique est possible entre une acidité de 3 et une alcalinité de 9 selon les espèces. Dans la pratique, les valeurs limites sont plutôt situées entre 6 et 9.
Le PH varie en fonction de nombreux paramètres dont par exemple le gaz carbonique (CO2) produit par les poissons et les plantes et qui ont tendance à le faire baisser.
PH : Potentiel Hydrogène
Il indique la concentration du milieu en ions hydrogène (H+) et hydroxydes (H-).Une eau peut être neutre, acide ou basique, selon la proportion des ions H+ et H-.
En aquariophilie d’eau douce, le pH est généralement compris entre 6,5 et 8. L’échelle des tests va de 1º à 14º, une eau neutre affiche un pH de 7 ; entre 1 et 6.5, l’eau est dite acide, entre 8 et 14 elle est dite basique.

Le pH mesure l'acidité ou l'alcalinité de l’eau.

De 1 à 7 l'eau est acide;
À 7 elle est neutre, elle contient autant d'ions hydrogène(Hydroniums) H+ que d’ions hydroxyde 0H-
De 7 à 14 elle est basique ou alcaline.
Dans une eau pure, qui a été distillée par exemple, la concentration en ions H+ est équivalente à la concentration des ions OH- et on a donc un pH de 7. Mais parler du pH d'une eau osmosée est peu intéressant car cette est si peu minéralisé qu'elle n'a plus de pouvoir tampon et qu'on peut faire varier le pH simplement en soufflant sur l'eau et en l'acidifiant !
Dans nos bacs d'eau douce, le pH est généralement compris entre 6 et 8.
L’échelle de mesure du pH est logarithmique, c’est-à-dire que l’augmentation d’une unité traduit une concentration dix fois plus élevée en ions hydrogènes. Un pH de 7 est donc dix fois plus acide qu’un pH de 8…On se rend ainsi compte qu’une différence de 3 ou 4 dixièmes peut poser des problèmes aux poissons les plus fragiles.
Le pH d’un aquarium est lié à de nombreux facteurs : La dureté et le pH sont normalement indépendants. Mais la dureté conditionne indirectement la stabilité du pH. En présence d’un sol ou d’un décor calcaire, le pH sera plutôt alcalin, puisque les minéraux dissous agissent comme "tampon" sur le nombre de molécules d’acide.
Dans le cas où l’eau est peu minéralisée, une petite quantité de tourbe ou de tanins suffira à acidifier le milieu. Pendant la nuit le CO2 produits par les plantes acidifie l'eau et le pH descend un peu ; pendant la journée les plantes produisent de l'oxygène et absorbent du CO2 et le pH remonte légèrement. Si l’eau est peu minéralisée, une injection mal contrôlée de CO2 peut provoquer rapidement une acidose et tuer les poissons.

Modifier le pH stresse les poissons. Il faut donc éviter les variations. Les poissons peuvent dans certains cas s'adapter pour vivre dans une eau dont le pH ne leur convient pas, mais ils sont alors fragilisés et tombent facilement malades

PH : Potentiel Hydrogène

Il indique la concentration du milieu en ions hydrogène (H+) et hydroxydes (H-).Une eau peut être neutre, acide ou basique, selon la proportion des ions H+ et H-.
En aquariophilie d’eau douce, le pH est généralement compris entre 6,5 et 8. L’échelle des tests va de 1º à 14º, une eau neutre affiche un pH de 7 ; entre 1 et 6.5, l’eau est dit acide, entre 8 et 14 elle est dite basique.

Le pH mesure l'acidité ou l'alcalinité de l’eau.

De 1 à 7 l'eau est acide; à 7 elle est neutre, elle contient autant d'ions hydrogène(Hydroniums) H+ que d’ions hydroxyde 0H- de 7 à 14 elle est basique ou alcaline.
Dans une eau pure, qui a été distillée par exemple, la concentration en ions H+ est équivalente à la concentration des ions OH- et on a donc un pH de 7. Mais parler du pH d'une eau osmosée est peu intéressant car cette eau et si peu minéralisé qu'elle n'a plus de pouvoir tampon et qu'on peut faire varier le pH simplement en soufflant sur l'eau et en l'acidifiant !
Dans nos bacs d'eau douce, le pH est généralement compris entre 6 et 8.

L’échelle de mesure du pH est logarithmique, c’est-à-dire que l’augmentation d’une unité traduit une concentration dix fois plus élevée en ions hydrogènes. Un pH de 7 est donc dix fois plus acide qu’un pH de 8…On se rend ainsi compte qu’une différence de 3 ou 4 dixièmes peut poser des problèmes aux poissons les plus fragiles.

Le pH d’un aquarium est lié à de nombreux facteurs : La dureté et le pH sont normalement indépendants. Mais la dureté conditionne indirectement la stabilité du pH. En présence d’un sol ou d’un décor calcaire, le pH sera plutôt alcalin, puisque les minéraux dissous agissent comme "tampon" sur le nombre de molécules d’acide.

Dans le cas où l’eau est peu minéralisée, une petite quantité de tourbe ou de tanins suffira à acidifier le milieu. Pendant la nuit le CO2 produits par les plantes acidifie l'eau et le pH descend un peu ; pendant la journée les plantes produisent de l'oxygène et absorbent du CO2 et le pH remonte légèrement. Si l’eau est peu minéralisée, une injection mal contrôlée de CO2 peut provoquer rapidement une acidose et tuer les poissons.

Modifier le pH stresse les poissons. Il faut donc éviter les variations. Les poissons peuvent dans certains cas s'adapter pour vivre dans une eau dont le pH ne leur convient pas, mais ils sont alors fragilisés et tombent facilement malades.
On emploie un conductimètre pour prendre ces mesures... (Extrait article de Mrs Pichon).

2 - GH : ou TH :

GH : titre ou dureté hydrométrique, indice de dureté totale de l'eau (inexploitable en eau de mer), mesure la dureté totale d'une eau.
Où TH (titre hydrométrique) Le GH est les degrés allemands, il faut faire une conversion entre les deux mesures (voir notices des fabricants de tests), 1 degré français (TH) correspond à 0,56 degré allemand (GH).
Il mesure la dureté totale de l’eau douce (appelé aussi TH : titre hydrotimétrique). Valeur comprise entre 5 et 10 pour les Discus. L’eau peut contenir des quantités différentes de sels alcalino-terreux (sels de calcium et de magnésium). La plupart des poissons et des plantes acceptent une dureté totale comprise entre 5 et 20. Cependant, on recherchera à diminuer les valeurs trop élevées.
Entre 0 et 5, une eau est très douce. De 6 à 10, elle est douce. De 11 à 15, elle est moyennement dure. De 16 à 30 elle est qualifiée de dure, supérieure à 30 elle est très dure.

3 - KH : ou TAC (titre alcalimétrique complet voire notices des fabricants de tests).

KH : Indice de dureté carbonatée de l'eau, cette dureté est dite temporaire car elle disparaît lors de l'ébullition. En eau douce, il faut souvent descendre le KH d'une eau pour permettre la diminution du pH par adjonction de CO2. Une valeur trop basse rend le pH très instable, car l'eau n'a plus assez de pouvoir tampon. En eau de mer ou dans certains bacs d'eau douce, une eau dure avec un dKh > 8 permet d'absorber les baisses de pH.
Il mesure la dureté carbonatée de l’eau ou le taux d’alcalinité (appelé aussi TAC : titre alcalimétrique). On définit la teneur en sels de calcium et de magnésium, présents sous forme de carbonates, comme étant la dureté de l’eau au carbonate. La plupart des poissons et des plantes acceptent des valeurs comprises entre 3 et 15. Pour garantir un apport optimal en CO2, la dureté de l’eau ne doit pas être inférieure à 5. Avec l’utilisation d’eau osmosée et de sels minéraux pour les Discus, on obtient bien souvent des valeurs proches de 3 voire moins.

3.2- TAC :

TAC : Dureté permanente française.

TAC : Titre Alcalimétrique Complet qui caractérise la teneur de l'eau en ions carbonates et hydrogénocarbonates.
TAC : (Titre alcalimétrique complet). Dureté d’une eau définie uniquement par les carbonates et bicarbonates dissoute dans cette eau.
Le TAC (Titre alcalimétrique complet) mesure la teneur de l'eau en ions carbonates et bicarbonates. Si le pH est inférieur à 8,3, il n'y a que des bicarbonates. Le TAC est très important car il influe énormément sur le pH. Plus le TAC est élevé, plus le pH est élevé. Par conséquent, il est illusoire de vouloir faire diminuer le pH d'une eau sans en diminuer le TAC. Comme pour le TH, les tests étant souvent de marque allemande, ils mesurent le KH ou le DHT ("dureté carbonatée").
1 °KH x 1,78 = 1°TAC.
Comme pour le TH, quand on parle de TAC les degrés sont exprimés en français et si on parle de DHT, de DKH ou de KH les degrés sont allemands. S'en méfier également dans les ouvrages traduits.
Le TAC est lié à la conductivité dans les proportions suivantes, 1,78 °KH = 1 ° TAC = 30 µS/cm.
En règle générale le TH est supérieur au TAC. Toutefois certaines eaux, comme celles du lac Tanganyika ont un TAC supérieur au TH.
Notons que dans un aquarium le TAC n'a pas de valeur stable et qu'il baisse régulièrement, le pH baissera donc également. Il peut être étonnant pour des débutants de constater qu'une eau de départ ayant un TAC proche de 20 °Tacs peut baisser jusqu'à moins de 5 °Tacs en quelques semaines. Il ne faut donc pas s'étonner si certaines espèces demandant une eau basique avec un TAC élevé éprouvent quelques difficultés pour se sentir à leur aise dans l'aquarium.

3.3- Comment abaisser le TH et le TAC ?

Pour diminuer le TH ou le TAC d'une eau il suffit de la diluer avec de l'eau déminéralisée …. (Avec un dé minéralisateur à résines échangeuses d'ions) ou osmosée. Ainsi, pour prendre un exemple mathématiquement simple, 100 litres d'eau ayant un TAC de 20 °Tacs mélangés à 100 litres d'eau "pure" donnent 200 litres d'une eau ayant un TAC de 10 °. Notons que l’eau, "adoucie" par des appareils domestiques (adoucisseurs d'eau) n'est absolument pas utilisable en aquariophilie car il ne s'agit que d'une mutation d'ions Ca et Mg en ions Na. (Les sels calciques et magnésiques sont transformés en sels sodiques).
Pour augmenter le TAC il conviendra par contre d'ajouter des bicarbonates ou des carbonates (eau des juvéniles par exemple) soit en ajoutant directement ces produits dans l'eau soit en faisant passer une eau très douce sur des produits comme le carbonate de calcium qui augmentent à la fois le TAC et le TH.

3.4-TH :

TH : GH, Titre hydrotimétrique ou dureté totale.

TH : titre hydrotimétrique dureté total d’une eau définit pour tous les minéraux dissous dans celle-ci.
TH : Dureté carbonatée ou temporaire française. Elle indique la teneur en bicarbonate de magnésium (Mg) et de calcium(Ca), ainsi qu’en chlorure de magnésium.
La dureté totale (TH ou Titre Hydrométrique) est la somme des ions alcalino-terreux. D'une manière générale il s'agit essentiellement d'ions calcium et d'ions magnésium. Les tests habituellement disponibles sur le marché étant de marque allemande, ils donnent une mesure en degrés allemands (°GH). Il convient alors d'effectuer une "traduction" simple :
1 °GH x 1,78 = °TH.
Un degré français correspond à 10 mg/l de carbonate de calcium.
Quand on parle de TH les degrés sont exprimés en français et si on parle de DH, de DGH ou de GH les degrés sont allemands. Se méfier dans les ouvrages traduits que le traducteur ne se contente pas de remplacer seulement GH par TH en oubliant de faire la conversion nécessaire.
Le TH est lié à la conductivité dans les proportions suivantes, 1 °GH = 30 µS/cm.
Le TH permet de classer rapidement les eaux en diverses catégories :
Moins de 5 °TH : eau très peu minéralisée. De 5 à 10 °TH : eau peu minéralisée.
De 10 à 15 °TH : eau moyennement dure. De 15 à 30 ° TH : eau dure.

Au-delà, n'en parlons pas !

4 - La conductivité :

CONDUCTIVITÉ : Mesure la capacité à laisser passer le courant. Dans l'eau, elle est directement proportionnelle à la quantité d'ions dissous.
CONDUCTIVITÉ La conductivité électrique de l'eau se mesure en micro-siemens par centimètre (µS/cm). Son résultat donne une indication de la minéralité globale de l'eau. Plus la conductivité est faible, moins l'eau est minéralisée.
CONDUCTIVITÉ : Elle renseigne sur la minéralisation globale d’une eau et sa capacité à être conducteur électrique. Plus précise que la recherche de TH, et de THT. Elle se mesure et s’exprime en micro-siemens par centimètre (µ/cm).Plus la conductivité est faible, moins l’eau est minéralisé.
CONDUCTIVITÉ : Elle mesure le taux de sel minéraux dissout dans l’eau et elle varie en fonction de la température. La conductivité d’une eau correspond à la conductance d’une colonne d’eau comprise entre deux électrodes métalliques de 1cm² de surface, séparées l’une de l’autre de 1 cm. Les conductimètres mesurent la résistance opposée au passage du courant entre les deux électrodes de l’appareil qui sont plongées dans l’eau à analyser. La conductivité est liée à la présence d’ions en solution. Elle augmente avec la température et la concentration en sels dissous. Attention, la conductivité est augmentée par l’utilisation de tourbe (filtration).
CONDUCTIVITÉ : Elle permet d'établir une mesure globale de la minéralisation de l'eau. Elle s'exprime en microsiemens par centimètre (µS/cm). Plus l'eau est minéralisée, plus cette conductivité est élevée. En simplifiant, 1°GH (=1,78°TH) = 38µS/cm, si cette eau ne contient que des sels de calcium et de magnésium, de même 1 ° KH = 30 µS/cm.
La conductivité se mesure au moyen d'un conductimètre (et non conductimètre !)
La conductivité des eaux s’exprime en microsiemens par centimètre (µS/cm).
Les valeurs optimales pour les Discus en ce qui concerne la conductivité et donc la concentration en sels minéraux sont :
A. 80 à 150µs (pour la reproduction),
B. 200 à 250µs (pour des Discus adultes),
C. 350 à 400µs (pour des sub-adultes).
Voici la version de Mrs Pichon :

CONDUCTIVITÉ : de l'eau est sa conductibilité, en d'autres termes sa capacité à conduire l'électricité, cette mesure s'exprime en microsiemens par centimètre carré. Attention, La conductivité ne mesure pas la minéralisation de l'eau, mais juste sa capacité à conduire l'électricité. Tous les ions dans l'eau y participent et pas uniquement les ions minéraux, mais aussi les ions organiques.
CONDUCTIVITÉ : Elle donne une idée de la dureté de l'eau mais ne permet pas d'en déterminer les différents composants. La quantité des sels minéraux dissout influence la conductivité, mais la présence de nitrites, de nitrates, d'ammonium, et d'autres comme tous les sels d'acides organiques, les chlorures, le sodium....la modifie aussi.
Cette mesure permet de déterminer la quantité totale de sels minéraux dissous dans l'eau que l'on appelle le TDS (total dissolver solid) qui lui s'exprime en PPM. (1 PPM = 1 mg/l).
Dans des eaux douces ordinaires : 1ppm est proche de 2µS/cm et pour la dureté 1°f est proche de 20 µS/cm. C’est imprécis mais permet de faire une approximation utile.
Pour convertir les µS / cm en PPM, il faut diviser le résultat par 2 (et pour l'inverse, on multiplie par 2). Si le test affiche 100 µS/cm, cela correspond à 50 PPM de sels minéraux dissous. En simplifiant, 1ppm NaCl = 2µS/cm ; la valeur indiquée en ppm correspond à la quantité de sel (NaCl en général) qu'il faut ajouter à l'eau distillée pour obtenir une conductivité égale à celle mesurée.
Plus la conductivité est basse, plus l'eau est "douce" c'est-à-dire pauvre en sels minéraux. L’eau osmosée est souvent inférieure à 10µs puisqu'elle est débarrassée de ses sels minéraux. La seule chose sûre est qu'une conductivité basse signifie que l'eau est douce, mais l'inverse n'est pas valable.
Certains poissons comme les P.Altum ou Discus sauvages ont besoin d'une eau très peu minéralisée pour se reproduire et dont on mesure la conductivité en dessous de 100 µS / cm. Dans des valeurs si basses, il faut faire attention au PH, qui risque de monter et redescendre très brutalement, vue la faible concentration en sels minéraux. Le KH doit être quasiment immesurable....La maintenance de la plupart des Discus d'élevage se fait entre 200 et 400 µs/cm, selon les espèces.
(Extrait de l’article de Mrs Pichon).

5 - Les Nitrites (NO2) :

NITRITES : Composés intermédiaires entre l’ammoniac et les nitrates, apparaissant dans le cours du processus de décomposition des substances organiques. (N02).
NITRITES : Dans un aquarium, les excrétions des poissons et les débris organiques sont transformés par des bactéries en ammoniac (NH3) très toxique ou en ammonium (NH4) non toxique, puis en nitrites. Cette transformation ne peut avoir lieu qu'en présence d'oxygène (les bactéries agissantes sont aérobies). Les nitrites sont toxiques à des doses supérieures à 0,2 mg/l. Ensuite, les nitrites sont transformés en nitrates. Dans un aquarium équilibré, l'ammoniac, l'ammonium et les nitrites restent immesurables. Cette chaîne de réactions est connue sous le non "cycle de l'azote».
NITRITE NO2 : Molécule intermédiaire produite par la destruction naturelle des déchets organiques. Elle s'avère très dangereuse. Cette molécule est presque immédiatement transformée en nitrates qui sont inoffensifs en eau douce, mais dangereux en eau de mer.
NITRITE NO2 : Composé azoté, très toxique pour les poissons, issus de la dégradation des matières organiques de l'aquarium, par des bactéries aérobies (Nitrosomas): C'est la nitrification. Les nitrites sont ensuite transformés en nitrates par d'autres bactéries.
NITRITE NO2 : Molécule intermédiaire produite par la décomposition naturelle des déchets organiques. Elle s'avère très dangereuse pour les poissons. Une dose de 0,3mg/l’est déjà très limite. Et à 1mg/l, la mort survient très rapidement, si un changement d’eau n’est pas effectué. Le poisson agi par intoxication du sang et empêchant les échanges gazeux entre le sang et l’eau.
Les principales causes d’un taux élevé de Nitrite peuvent être une pollution importante (excès de nourriture, cadavre de poisson en décomposition..). Ou bien un traitement de l’aquarium avec un médicament ou un produit qui tue les bactéries dénitrifia, un manque de changement d’eau régulière, un arrêt du filtre qui provoque par manque d’oxygène la mort de ces bactéries dénitrifiâtes. Lors de la mise en route d’un aquarium (nouvel aquarium récemment installé), il y a toujours un "pic" de nitrites et c’est un phénomène normal qui indique que les bactéries (nitrosomonas, nitrobacter) ont commencé le processus de nitrification et produit du nitrite obtenu de l’ammoniaque. On ne placera aucun poisson pendant cette phase exponentielle (un mois environ après la mise en eau). De façon artificielle, on peut toutefois accélérer ce processus en ajoutant dans le filtre et l’eau des bactéries épuratrices ou bactéries vivantes.

Le taux de Nitrites doit toujours rester à 0 ou à un taux le plus bas possible. Une concentration de 0,3 ppm est dangereuse pour les poissons (eau douce ou eau de mer). En cas d’une montée de Nitrite (pic), il faut réagir très rapidement en faisant d’importants changements d’eau plusieurs jours consécutifs et en remettant des bactéries vivantes, oxygéner l’eau (bulleur), transférer les poissons dans un autre bac ou aquarium. On contrôlera également le filtre. En effet, si celui-ci a retenu une quantité importante d’impuretés, il peut provoquer un manque d’oxygène qui conduit à son tour à des teneurs élevées en Nitrites.

Les symptômes visuels d’un "pic" de Nitrites sur les poissons sont un manque d’énergie, un stress, un affaiblissement qui rend les poissons plus sensibles aux infections. Un taux important de Nitrites !!. (Des 0,3 ppm) entraîne généralement la mort des poissons de l’aquarium.
Les nitrites NO2 (processus de dégradation ou de minéralisation des matières organiques dans l’aquarium) : valeur en dessous de 0,3mg/l
Le premier contrôle est celui du taux de nitrites qui est nécessaire lors du premier mois qui suit le démarrage d’un nouveau bac, mais dont on ne devrait ensuite plus avoir besoin, une fois le cycle de l’azote bien mis en place.

La surveillance du taux des nitrates est nécessaire si on néglige les changements d’eau : Un taux de 15 à 30 mg/ l’est correct, au-delà il faut augmenter la fréquence de l’entretien du bac. Plus de 50mg/l de nitrates provoquent à coup sûr une prolifération d’algues.
Le contrôle à effectuer tous les 2-3 mois est celui de la dureté carbonatée pour s’assurer que les paramètres restent stables. La surveillance de la dureté totale n’est pas très importante.
En cas de problème d’algues par exemple, il peut être intéressant d’acheter un test capable de mesurer les phosphates, qui doivent rester inférieurs à 2mg/L. Si leur taux est trop important, l’emploi d’une résine anti-nitrate à placer dans le filtre est recommandé pour quelques mois. (Ext Mrs Pichon).

La dureté de l'eau :

Connaître la dureté de son eau est très important, plus encore que connaître le pH…pour pouvoir choisir des poissons qui sont capables de vivre dans des bonnes conditions.
Le contrôle de l’équilibre sel-eau dans leur corps est influencé par la dureté. Les poissons qui sont placés dans un milieu qui ne leur convient pas développent un phénomène de stress osmotique qui peut les tuer rapidement.
(L.214-1 : Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce).le paramétrage et le contrôle de l’eau !
La dureté de l’eau agit sur la régulation du calcium dans le sang. S'il y a trop de calcium, les poissons d'eau douce produisent une hormone (calcitonine) qui leur permet d'évacuer le surplus. La présence de calciums dans l'eau permet aussi de limiter les pertes d'ions et les entrées d'eau dans le corps du poisson et leur système d'osmoregulation travaillent au ralenti. Puisque l'imperméabilité des cellules est augmentée.
Par contre si l'eau est peu minéralisée, le système d'osmoregulation marche à fond pour que le poisson ne perde pas ses sels minéraux. Chaque type de poisson est donc adapté à une eau bien définie...
La plupart des plantes elles, s'adaptent plus ou moins rapidement à un changement de minéralité, et pour elles la surveillance de la température est plus importante.
La dureté d'une eau correspond à l'ensemble des sels dissous dans l'eau. Il s'agit des hydrogénocarbonates, carbonates, chlorures, sulfates, calcium, magnésium, potassium et sodium. Ces 8 ions représentent 95% des substances dissoutes dans l'eau. D'autres éléments comme le fer, le cuivre, le zinc influencent aussi la dureté de l'eau.
Une eau qui contient beaucoup de composés à base de calcium et de magnésium est une eau dure : 1 º all correspond à 10 mg/l d'oxyde de calcium.

TH (ou dGH Gesamthärte en allemand), Titre Hydrotimétrique, mesure la dureté totale de l'eau. C'est la somme du Kh et des chlorures de Calcium, de Magnésium (et d'autres sels dissous qui ont un rôle assez secondaire).
TAC (ou dGH, Karbonhärteen all), Titre Alcalimétrique Complet. Le KH mesure la dureté temporaire, les carbonates, bicarbonates et borates ainsi que les silicates qui sont souvent présents en quantité au démarrage des bacs (à cause du sable).
Idéalement la valeur du dGH devrait représenter 70% à 80% du GH, pour obtenir une eau bien équilibrée. La dureté carbonatée ne devrait pas descendre en dessous de 4 degrés (allemands) , pour que l'eau garde un pouvoir-tampon suffisant pour éviter les variations du pH. Si on a installé une injection de Co2 réglée par une électrovanne pilotée par un pH-mètre électronique, alors il n'est pas nécessaire de respecter cette valeur minimale.
Parfois les tests indiquent qu'une eau a une dureté carbonatée plus élevée que sa dureté totale ! Ces résultats surprenants sont obtenus lorsqu'il y a dans l'eau qu'on teste, d'autres cations (sodium, potassium...) qui faussent ainsi les résultats. La dureté totale n'est d'ailleurs pas exactement la somme de la dureté calcique et magnésienne. Il existe d'autres ions qu'on ne dose pas précisément comme le strontium... (Et parfois fer et manganèse sous certaines conditions.)

KH (dureté carbonatée de l’eau) : valeur entre 0 et 5.

KH : Indice de dureté carbonatée de l'eau, cette dureté est dite temporaire car elle disparaît lors de l'ébullition. En eau douce, il faut souvent descendre le KH d'une eau pour permettre la diminution du pH par adjonction de CO2. Une valeur trop basse rend le pH très instable, car l'eau n'a plus assez de pouvoir tampon. En eau de mer ou dans certains bacs d'eau douce, une eau dure avec un dKh > 8 permet d'absorber les baisses de pH.
GH (dureté totale de l’eau) : valeur entre 5 et 10.
GH : titre ou dureté hydrométrique, indice de dureté totale de l'eau (inexploitable en eau de mer), mesure la dureté totale d'une eau.
Fer (plantes) : entre 0,03 et 0,2mg/l
Les valeurs que l’on doit mesurer fréquemment sont la température de l’eau, le PH, la conductivité, les NO2 et NO. Les autres mesures sont très utiles mais on peut les espacer dans le temps. Si l’on est perfectionniste, on pourra également mesurer la teneur en oxygène (O2), en gaz carbonique CO2, le chlore (Cl 2), le phosphate (PO4), l’ammonium (NH4).dans l’espace –temps, tenir un cahier n’est pas utopique conservera l’historique de l’aquarium.

6 - Les Nitrates (NO3) :

NITRATES : Ultime étape de la dégradation des substances organiques par des bactéries dans la filtration biologique. (NO3).
NITRATE NO3 : Produit terminal de la destruction des matières organiques par les bactéries. On en diminue la concentration par des changements d'eau.
NITRATE NO3 : Composé azoté, peu toxique pour les poissons, issu de la dégradation des nitrites par des bactéries aérobies (Nitrobacter). C'est une des phases de la nitrification. Dans certaines conditions (anaérobiose + bactéries spécifiques), les nitrates sont décomposés en azote gazeux (N2).

Il est communément admis que les nitrates s'accumuleront inexorablement dans un aquarium si on ne fait pas de changements d'eau ce qui provoquera des malformations, des retards de croissance ou une mort prématurée des poissons.

NITRATES : Dans le cycle de l'azote, les nitrites sont transformés en nitrates, beaucoup moins toxiques ; ces nitrates représentent seulement un réel danger pour les poissons à des concentrations supérieures à 50 mg/l. Dans un aquarium bien planté, les nitrates seront absorbés en grande partie par les plantes, le résidu restant limité par les changements d'eau.
NITRATES : Produit final de la décomposition des matières organiques par les bactéries. Les nitrates sont dans la nature, absorbés par les plantes. En aquarium, à défaut de filtration dénitratant, leur taux augmente en permanence en fonction de la population du bac et des distributions de nourriture. La diminution du taux de nitrates est possible en faisant des changements d’eau régulière (le mieux est d’utiliser de l’eau osmosée, tamponnée. La filtration par bactéries anaérobies est efficace mais demande un entretien nutritif quasi permanent.
Le taux de nitrates doit rester inférieur à 20 mg/litre et maintenir le niveau le plus faible possible. Au-delà de 20 mg, il devient dangereux pour les poissons. Les principales causes d’une montée de nitrates sont les excès de nourriture, une surpopulation de poissons dans l’aquarium (mini. 100l/Discus), un mauvais entretien du bac, des changements d’eau avec une eau déjà chargée en nitrates (recommandations : utilisation d’un osmoseur ou de résines). Les plantes jouent un rôle dans la régulation du taux de nitrate, puisqu’elles en consomment une partie pour se développer.

Les nitrates NO3 (processus de dégradation ou de minéralisation des matières organiques dans l’aquarium) : valeur en dessous de 20mg/l (p.p.m).il est bon de le rappeler sous différentes formes pour bien comprendre le sens fondé que représente l’aquariophilie, elle prend toute sa valeur en fonction des habitants de votre aquarium. Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. (Cette phrase insignifiante, a cependant une importance capitale).nous verrons par la suite en fin de reportage comment elle s’insère dans l’aquariophilie d’aujourd’hui.

Les paramètres importants, mais facultatifs :

7 - L’Ammonium (NH4) :

AMMONIUM: (NH4+) Forme ionique de l'ammoniac (ion).
AMMONIUM: Dérivé de l’azote chargé positivement. (NH4+).
AMMONIUM: Dérivé de l’azote chargé positif. (NH4+).Poison violent pour les poissons.
L’ammonium est issu du processus de décomposition ou de minéralisation des substances organiques dans l’aquarium. Il s’agit notamment des excréments des poissons, des plantes où feuilles en décomposition, des restes de nourriture qui ne sont pas siphonnés etc..).
Comme la mesure du taux de Nitrite, l’ammonium ne doit pas dépasser une concentration de 0.2 mg/l (p.p.m). L’ammonium est une substance nutritive importante pour les plantes et pour cette raison il est utile mais à un taux raisonnable. Au-delà du taux indiqué ci-dessus, il peut causer des dommages pour les poissons et être mortel, si le taux est important (à partir de 0.8mg/l). Les jeunes poissons y sont les plus sensibles.
Lorsque la concentration d’ammonium est importante cela indique qu’il y a un dysfonctionnement biologique et bactériologique du processus de décomposition et de minéralisation des substances. Ce sont les bactéries qui sont responsables de ce processus : protéine—>ammonium —>nitrite—>nitrate.
D’où l’intérêt de mesurer les étapes intermédiaires pour évaluer fonctionnement correct ou non du système biologique de l’aquarium.

8 - Le Phosphate (PO4) :

PO4 : Formule chimique des phosphates.

PHOPHATES: (PO4) Composé chimique introduit par l'alimentation. Les phosphates en taux trop important favorisent l'apparition des algues.
PHOSPHATES : PO4 Composés chimiques introduits par l'alimentation. Comme pour les nitrates, les phosphates se retrouvent en cycle terminal de la décomposition des déchets organiques.
Dans un aquarium, le phosphate est produit par les déchets et la décomposition des restes de nourriture. Chaque fois que l’on nourrit des poissons on ajoute également une certaine quantité de phosphate dans l’eau. Le phosphate n’est pas nocif pour les poissons et il est même très utile aux plantes. Il stimule la croissance des plantes car il sert de fertilisant.
Cependant, les plantes aquatiques ne consomment pas la totalité du phosphate présent dans l’eau de l’aquarium. De plus, la densité des poissons est beaucoup plus importante dans un aquarium que dans la nature. Le phosphate va donc s’accumuler dans l’eau.
Cette accumulation de phosphate cause et favorise la formation d’algues. Ces algues (bleues, vertes..) vont rapidement se développer et y pousser très rapidement si l’on ne maintient pas la teneur de phosphate au niveau le plus bas possible soit environ 0.3 ppm.

Dans le cas où le taux est très important il y aura formation d’algues et certains invertébrés donneront la sensation de ne pas se sentir bien dans une eau sur-fertilisée. Il faudra alors procéder à d’importants changements d’eau, réduire la densité des poissons dans le bac (forte probabilité de surpopulation), nourrir les Discus avec modération ?, Plusieurs fois par jour et siphonner rapidement les restes, procéder à un nettoyage de l’aquarium (impuretés, taillent des feuilles abimées, aspiration des déchets au fond du bac..).

9 - Le Fer (Fe) :

Le Fer et les oligoéléments sont des substances vitales pour les plantes aquatiques qui les consomment continuellement pour leur croissance. Les engrais que l’on ajoute dans l’eau de l’aquarium contiennent du Fer et des oligoéléments mais ceux-ci ne se conservent qu’un temps limité dans l’eau du bac même lorsqu’on utilise un engrais "chélaté".
Pour obtenir une bonne croissance des plantes, un taux de Fer de 0,1-0,2 mg/l (p.p.m) est suffisant. Un taux de Fer trop important favorise la croissance des algues c’est pourquoi il faut contrôler ce taux de temps à autre mais plus régulièrement si on a un problème non maitrisé d’algues.

Si la teneur est trop faible, on ajoute de l’engrais aux doses et à la fréquence recommandée par le fabricant. Si la teneur en fer est trop importante, on procède à des changements d’eau pour revenir à une valeur correcte.

10 - L’oxygène (O2) :

OXYGENE : Molécule chimique gazeuse. Nécessaire à la respiration des organismes supérieurs.

Dans les aquariums plantés, la teneur en oxygène doit être au moins équivalente à la fin de la période d’éclairage, à la valeur d’équilibre, en fonction de la température de l’eau (26-28°C pour les Discus), grâce à la seule activité des plantes et un brassage modéré de l’eau (rejet filtre), et ceci sans utilisation d’un bulleur ou aérateur.

Plus la température est froide, plus les valeurs d’oxygène sont élevées. Plus l’eau est chaude et plus la valeur d’oxygène est basse. C’est pour cette raison que l’on oxygène l’eau des bacs en cas de traitement thermique.

Ainsi on relève une valeur d’environ 8mg/l pour une température de l’eau de 25°C. Pour les Discus, c’est donc 7,64mg/l à 29°C. A 30°C, le taux d’oxygène passe 7,53mg/l. Avec une eau chauffée à 32°c ce taux passe à 7,32°C etc...
Les poissons et les bactéries nitrifiantes ont besoin d’oxygène. Les premiers pour respirer et les seconds pour dégrader les substances nocives. Les algues et les plantes aquatiques ont également besoin d’oxygène.

La production d’oxygène par les plantes est nettement supérieure pendant la journée, à la consommation des plantes et poissons pendant la nuit. La teneur d’oxygène diminuera très lentement pendant la nuit et le taux sera sans danger pour les poissons. Il faut toutefois surveiller la teneur minimale en O2 acceptable pour les poissons durant la nuit. Cette valeur est de 4 mg/l.
En cas de teneur en O2 trop faible, il faudra ajouter des plantes et placer un aérateur ou des bulleurs surtout pendant la nuit (lorsque l’éclairage du bac est éteint). Le mieux est de placer un bulleur en permanence dans les bacs à Discus compte tenu de la température de l’eau et du nombre minimal de sujets recommandé dans un bac (poisson grégaire).

10.1-Oxygène : autre explication.

L'oxygène (O2) dissous dans l'eau est indispensable à toute vie aquatique. Comme nous l'avons vu précédemment, cet oxygène est consommé par les bactéries mais aussi par les plantes, et les poissons. L'oxygène est fourni essentiellement par des systèmes de brassage de l'eau, qu'il s'agisse de pompe à air avec bulleur ou de pompes de circulation d'eau qui, agitant la surface, favorise les échanges gazeux.
Ce qu'il faut absolument retenir c'est que la teneur en oxygène est fonction de deux facteurs :
1. La température de l'eau : Plus elle est élevée, moins le taux maximum d'oxygène dissous est élevé.
2. La pression atmosphérique : Plus elle est basse, moins il y a d'oxygène.
Exemple : un coup d'orage (basse pression) par une chaude journée d'été peut provoquer une catastrophe dans un aquarium (oui oui dans un aquarium, ou un bassin extérieur.

11 - Le Gaz Carbonique (CO2) :

GAZ CARBONIQUE : Gaz résultant de la combustion et de la respiration. C'est l'association d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène. Sa formule chimique est CO2.
GAZ CARBONIQUE : (NO3) : Le dioxyde de carbone ou gaz carbonique, est un élément important pour la croissance des plantes. La concentration idéale en dioxyde de carbone et fonction du pH et la dureté carbonatée de l'eau (KH). Un taux de CO2 libre de 15 mg/l à 30 mg/l’est nécessaire à la bonne croissance des plantes.
Le CO2 est un élément essentiel pour la croissance des plantes (on peut même ajouter un système de fumure au CO2 pour avoir des plantes luxuriantes). Toutefois, il faut savoir qu’une exposition prolongée à des valeurs de CO2 supérieures à 20mg/l présentera un danger pour les poissons, a priori pour les Discus car un taux trop élevé de CO2 est toxique.
Il faut donc s’assurer qu’une quantité suffisante de gaz carbonique est disponible dans l’eau pour favoriser le bon développement des plantes, sans qu’il y en ait trop du fait de la toxicité pour les poissons dés 20mg/l.

Les valeurs optimales recommandées pour le bien-être des poissons et à la fois celui des plantes, est une concentration de CO2 comprise entre 5 et 15 mg/l.
Une concentration inférieure à ces valeurs n’est pas adaptée à une croissance saine et au développement rapide des plantes, un taux supérieur à 20mg/l’est toxique voire mortel pour les poissons. Un régulateur de pH-mètre et de conductivité règlera le problème et vous déchargera d’une partie de surveillance. Bien sûr il sera directement à l’inverse de l’éclairage de votre aquarium.

Il faut également savoir qu’une forte aération à l’aide d’un bulleur ou d’un diffuseur fournit l’oxygène vital mais que cela élimine dans le même temps le CO2 présents dans l’eau. Donc il vous faut faire un choix !!!.
En cas de résultat trop faible en teneur de CO2, on ajoutera un dispositif d’enrichissement en CO2 automatisé. Dans le cas contraire, il faudra aérer l’aquarium le plus vivement possible et de façons continues. Procéder à des contrôles réguliers du taux O2 et CO2 lorsqu’on utilise les systèmes de fumure au CO2 dans un aquarium.

12-Le cycle de l’azote :

Si on pouvait suivre le chemin parcouru par l'azote au sein du bac, on le verrait introduit sous forme de nourriture (paillettes, vers de vase etc.), avalés et digérés par les poissons ou déposé au fond du bac lorsque les poissons sont repus. Ce qui est digéré est en partie fixé dans les muscles des poissons, escargots etc. Le reste est rejeté dans les déjections et finit au sol.
D'autres organismes le consomment à nouveau: poissons, escargots, bactéries.
Certaines de ces bactéries sont présentes dans le bac, d'autres travaillent dans la masse filtrante. L'oxygène est nécessaire à leur efficacité. Faites donc attention aux filtres colmatés ou arrêtés.
De plus en plus fine, la dégradation aboutit à des nitrites, des nitrates et de l'ammoniaque.
En temps normal, la dégradation arrive à compenser l'apport régulier de matière organique dans le bac. Sinon, il y a problème car les composés imparfaitement dégradés sont toxiques.

INTERVENIR ?

En distribuant moins de nourriture, en évitant son dépôt au fond du bac, en favorisant la dégradation des déchets par les escargots et une filtration efficace hébergeant des bactéries ad hoc. En maintenant un sol 'équilibré', propice à la présence de micro-organismes et de bactéries.
En siphonnant régulièrement le sédiment excédentaire.
En aérant convenablement l'eau de l'aquarium, par une pompe électrique et un diffuseur de très petites bulles.
En veillant à la 'bonne forme' de la masse filtrante, non colmatée.
En se méfiant de l'effet néfaste de certains médicaments sur l'équilibre bactérien du bac.
En un mot, en maintenant un aquarium en bon équilibre biologique.

Cas particulier des bacs neufs :

Lorsque vous installez un nouveau bac ou que vous le refaites de fond en comble, les premières semaines s'accompagnent d'une montée des nitrates, jusqu'à des seuils incompatibles avec la santé des poissons.
Ces composés proviennent de l'eau de conduite et de la décomposition de particules organiques contenues dans le sol.
Après quelques semaines, l'ensemble se stabilise et les teneurs baissent sous l'action des bactéries qui se sont développées.
Vérifiez la qualité de l'eau avant de peupler l'aquarium.

13 - Le Chlore, la chloramine (Cl2) :

CHLORE : (Cl2) Additif ajouté à l'eau de conduite pour tuer les bactéries dangereuses. Est relativement nocif pour les poissons.
Pour que l’eau de distribution soit potable, les services des eaux ajoutent des produits pour éviter le développement des bactéries et pour éviter l’obstruction des tuyaux des circuits de distribution. Un de ces produits est le chlore (la chloramine est parfois utilisée) qui garantit une stérilisation parfaite.
Pour nos poissons, le chlore et la chloramine sont extrêmement dangereux. Ces deux produits peuvent également causer des dégâts importants au niveau des bactéries nitrifiantes, du filtre, et des plantes.

L’eau employée pour nos aquariums doit donc être sans chlore ou chloramine. Il faudra donc utiliser soit de l’eau osmosée puis reminéralisée, soit il faudra aérer intensément l’eau de conduite dans un bidon et laisser reposer cette eau 48 heures avant utilisation dans un aquarium. Dans ce dernier cas, il peut être particulièrement intéressant de prendre les mesures de l’eau pour connaitre la teneur en chlore dans l’eau. Un bac de vieillissement de votre eau sera judicieux.
Note : l’utilisation d’adoucisseurs d’eau ou de produits chimiques de reconditionnement de l’eau n’est pas recommandée pour l’élevage des Discus.
L’eau d’un aquarium doit avoir une teneur en chlore égale à 0 (zéro). Une teneur de plus de 0,05 ppm est dangereuse ? Voir pathologique, morbide, macabre pour les poissons, vos Discus, les plantes et la filtration.

14-La filtration de l’eau des Discus :

Au niveau de la filtration de l’eau du bac à Discus, on ne remplace pas et on ne nettoie pas toutes les masses filtrantes en même temps ou au même moment. On conserve toujours une petite partie des masses sales pour ensemencer plus rapidement les masses filtrantes propres ou neuves. On peut également rincer certaines masses et en laisser une autre partie pour la fois suivante ; on peut aussi nettoyer (simple rinçage) toutes les masses filtrantes en une fois avec l’eau de l’aquarium (siphonnée) qui doit être remplacée.

La filtration sur un aquarium pour Discus doit être au maximum de deux à trois fois la valeur totale de l’eau de l’aquarium par heure. En effet, une filtration trop importante "lessive" les bactéries nitrifiantes qui ne peuvent plus se fixer durablement sur les masses filtrantes et cela provoque une poussée de nitrites (NO2). Lorsque l’on ne filtre pas assez l’eau de l’aquarium, cela n’est pas bon non plus (mauvaise filtration et qualité de l’eau, eau trouble, pollution..). La filtration doit donc être comprise entre 2,5 à 3 fois au maximum le volume d’eau du bac par heure.
Il faut une grande rigueur dans l’entretien et les changements d’eau afin de maintenir une hygiène parfaite et une qualité d’eau adéquate avec des paramètres stables. Pour que cet entretien usuel ne devienne pas une corvée, il faut s’équiper un peu afin de faciliter les choses et de gagner du temps.

Il existe plusieurs méthodes pour faire une eau adaptée à la maintenance des Discus. Certains préfèrent utiliser de l’eau de conduite, d’autres utiliser des appareils (système Kati-Ani avec utilisation de résines à régénérer régulièrement..), d’autres personnes préfèreront mélanger plusieurs types d’eau de provenance différentes : eau de pluie, eau de conduite, eau osmosée ou mieux utiliser de l’eau de source où des nappes phréatiques lorsqu’ils ont des consommations importantes en eau.

L’eau déminéralisée ne contient plus "d’ions" minéraux dissous et a une conductivité faible, un ph faible, elle est chère et plus difficile à trouver dans le commerce. L’eau de pluie est naturellement évaporée, elle est donc douce. Cependant elle est polluée lorsqu’elle entre au contact de l’atmosphère à l’état de vapeur (causes : fumées d’usines, gaz d’échappement des voitures, pollution etc...). Quant à l’eau minérale en bouteilles, elle coute assez chère, il faut regarder la composition sur les étiquettes (très variable d’une marque et d’une région à une autre), elle contient parfois des nitrates.

Il faut de l’eau de la meilleure qualité possible pour nos Symphysodons, c’est-à-dire sans polluants et pesticides et sans trop de microbes (eau potable). De même pour une personne qui vit en appartement, il n’est pas possible d’avoir accès à une eau de source ni de procéder à des préparations trop longues ou compliquées. Cela va limiter considérablement le choix : l’utilisation d’une eau dite « osmosée » avec un sel reminéralisant est donc la réponse la plus appropriée compte tenue de tous ces paramètres.

Nous laisserons de côté l’utilisation d’une eau de conduite qui est d’une différente d’une région à une autre et d’une période de l’année à une autre et qui ne répond pas à tous les critères de qualité requit pour élever du Discus sans soucis (taux de nitrates élevés, taux de chlore élevé etc..). Nous laisserons de côté également les mélanges eau de conduite avec de l’eau osmosée pour les mêmes raisons. Donc tout dépendra de la qualité de l’eau robinet où l’on habite, à titre d’exemple dans la Drome on peut l’utiliser pour l’élevage de poissons issus du Tanganyika, dans le Morbillan c’est plutôt aux Discus que l’eau de conduite convient. Sur Paris, il ne faudra surtout pas utiliser l’eau du robinet qui ne conviendra pas du tout pour les Discus.
C’est à vous de voir et rien qu'à vous de constater si votre eau est bonne ou pas pour votre aquarium.

La meilleure méthode pour l’élevage des Discus est l’utilisation d’eau osmosée et des sels reminéralisants. Cette méthode est la plus fiable et stable sur le long terme. Elle garantit des critères de qualité optimum car l’eau va être filtrée puis traitée naturellement par l’intermédiaire d’un osmoseur (filtre, charbon actif, puis passage de l’eau au travers d’une membrane). Cette façon de préparer l’eau des Discus est peu couteuse et elle est assez simple à mettre en place. Lorsqu’on débute, on peut également acheter de l’eau osmosée en animalerie, mais cela revient beaucoup plus cher sur le long terme et il faudra vérifier qu’il s’agit bien d’eau osmosée car il y a parfois des erreurs dans les animaleries, (il faudra néanmoins rajouter des sels).genre Press.
Conductivité (concentration en sels minéraux) : 80 à 150µs (pour la reproduction), 200 à 250µs (pour des Discus adultes), 350 à 400µs (pour des sub-adultes)
Les nitrates NO3 (processus de dégradation ou de minéralisation des matières organiques dans l’aquarium) : valeur en dessous de 20mg/l (p.p.m)
Les nitrites NO2 (processus de dégradation ou de minéralisation des matières organiques dans l’aquarium) : valeur en dessous de 0,3mg/l
KH (dureté carbonatée de l’eau) : valeur entre 0 et 5.
GH (dureté totale de l’eau) : valeur entre 5 et 10.

Fer (plantes) : entre 0,03 et 0,2mg/l

Les valeurs que l’on doit mesurer fréquemment sont la température de l’eau, le PH, la conductivité, les NO2 et NO3. Les autres mesures sont très utiles mais on peut les espacer dans le temps. Si l’on est perfectionniste, on pourra également mesurer la teneur en oxygène (O2), en gaz carbonique CO2, le chlore (Cl 2), le phosphate (PO4), l’ammonium (NH4).
C’est ce que l'on peut lire sur les sites et les livres. Â vous d’ingérer les informations, et de respecter les animaux que vous vous êtes donné d’élever, et de maintenir dans les paramètres de leur spécificité.

S'il est vrai que la très grande majorité des cichlidés s'adapte assez facilement à des eaux différentes de celles dont ils sont originaires (au moins pour leur maintenance et à partir du moment où on ne leur offre pas des eaux aux valeurs extrêmes) cela ne veut pas dire qu'il n'est pas bon d'essayer de se rapprocher au mieux de leurs exigences fondamentales. Il est vraisemblable que les difficultés rencontrées dans la reproduction de certaines espèces sont essentiellement dues à des problèmes liés à la qualité de l'eau. En effet, les problèmes techniques concernant le volume, le chauffage, la filtration sont réglés depuis des astiques.

Les seuls problèmes, qui restent à résoudre, concernent la qualité de l'eau.

Malheureusement, alors que nos connaissances en la matière sont de plus en plus complètes et que les techniques s'améliorent sans cesse, la qualité des eaux disponibles de façon courantes, c'est-à-dire l'eau que nous obtenons en tournant simplement le robinet de notre évier, est de plus en plus préoccupante. Le calcaire est présent depuis la nuit des temps dans de nombreuses régions simplement du fait de la géologie des lieux, il ne constitue pas un réel problème. il faut le résoudre.

15- Les bonnes valeurs en eau douce plantée.

Les valeurs idéales pour un aquarium communautaire: exemple,

KH 3-6 °KH. GH 4-8 °GH. PH 6.5-6.9
Taux de CO2 20-30mg/l. Taux O2 le matin 5-6 mg/l. Taux O2 le soir 7-9 mg/l
NO2 0 mg/l. NO3 <15 mg/l. FE = 0.05 mg/l (mesuré avec un test fer DUPLA)
Ne vous découragez pas, Tester l'eau de votre aquarium est simple, et seuls quelques tests sont indispensables pour débuter. Les autres ne seront nécessaires que lorsque, passionné, vous voudrez réaliser un biotope magnifique qui fonctionne à merveille.la maitrise viendra avec le temps.

Le test primordial est celui des nitrites, en effet, lors de la mise en route d'un aquarium, un certain nombre de réactions vont s'établir, c'est le cycle de l'azote. On constate en général une montée des nitrites, qui doivent redescendre vers 0 mg/l en deux à quatre semaines. Ce n'est qu'à partir de ce moment que l'on peut introduire les poissons. Eviter tous les produits chimiques qui sont supposés raccourcir ce cycle. C'est un cycle naturel, et il n'est jamais bon de vouloir forcer la nature. La patience est la première vertu de l'aquariophilie et c'est la clef de la réussite
Plusieurs possibilités existent pour tester son eau d'aquarium:

Tout d'abord, vous pouvez tester votre eau à l'aide de produits "goutte à goutte" que vous verserez dans un échantillon de votre eau d'aquarium. Le résultat se lit par comparaison avec une échelle de couleur.

On trouve également dans le commerce des barrettes regroupant plusieurs tests sur une bandelette qu'il suffit de tremper dans l'aquarium, puis de comparer là aussi à une échelle de couleur. Ces tests, en général du type "5 dans 1" vérifient les valeurs les plus importantes mais ne sont pas très précis ! Cependant il vous indiquera une tendance.
Votre vendeur aquariophile ou votre animalerie préférée acceptera en général de tester votre échantillon d'eau.

Petit écart pour les adeptes du siphonage :

Enlever l'eau avec un tuyau en utilisant le principe des vases communicants. Oui mais je profite de l'occasion pour vous rappeler de ne pas enclencher le siphonage en aspirant avec la bouche, l'eau de l'aquarium étant toxique.il y a cependant d’autres moyens pour ne pas en arriver là !.


Schéma d'aménagement et de gestion des eaux ou SAGE

La loi sur l'eau du 3 janvier 1992 instaurant l'eau et les milieux aquatiques comme un patrimoine fragile et commun à tous, a mis en place des outils de planification décentralisée pour la mise en œuvre de la gestion globale et équilibrée de l'eau et des milieux aquatiques : (1) les SDAGE -...

L’eau douce est précieuse ne la gaspillons pas ! ! ! .

La base des définitions est sur mon glossaire aquariophile avec les nuances de diverses appréciations.

Les différents reports pris sur le glossaire apportent un œil sous un autre angle aquariophile.

Pour l'aquariophile, connaitre la maitrise, un élément primordial en aquariophilie des différents paramètres utilisé facilite une aquariophilie moderne et fonctionnelle. Vos poissons ont besoin de retrouver les mêmes conditions de milieu sous peine de disparaître. Le marché aquariophile à des influences sur les poissons que l'on trouve dans les magasins, il n’y a qu’un pas pour mélanger des espèces aux antipodes de leurs paramètres. Le mercantilisme acharné produit des aberrations commerciales. Pour les mordus de la propagation, les incidences de l’eau, auront un effet immédiat sur le comportement de votre reproduction, du frai, des alevins, des juvéniles, des adultes et subadultes. Alors de l’indulgence pour respecter les donner paramétriques et les caractéristiques de nos Symphysodons
.
Ces informations ne sont pas dues aux hasards, mais à la persévérance, l’opiniâtreté, l’obstination, la ténacité, des aquariophiles aventureux voulant comprendre sur le biotope, la vie des Symphysodons ou nous percevons quelques brides de sa vie. Une expérience enrichissante, et pleine de danger et d’imprévu. Notre quête est une goutte d’eau dans l’immensité que représente l’amazone.

Remerciements :

Merci pour la base de cet écrit, Mrs Pichon, lr 54, Eidge 54, etc…

Source internet, esprit amazone. http://espritamazone.e-monsite.com

http://
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
♂♂Horde Heroini Cichlasomatine. ♀♀ n°10
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Urkan de la Horde du Bois Perdu
» Découverte du biotope des tribus Cichlasomatine et Heroini (cichlidés d'amérique du sud)
» Lina, croisée Schipperke née en 2008, SPA Oyonnax Ain (01)
» Eleveur qui se sépare de son cheptel
» Nationale d'élevage du BHCF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquafauna Biotopes Amazoniens et Amérique du Sud :: DIVERS :: Les sujets divers-
Sauter vers: